On a testé le California Grill, servi au Founder's Club | Disney Magical Blog

On a testé le California Grill, servi au Founder's Club

Dans la vie d'un fan Disney, il y a des expériences qui sont le rêve d'une vie. Chaque destination Disney possède son restaurant gastronomique, promesse d'un souvenir culinaire unique, avec la signature du meilleur service que l'on peut imaginer, dans la meilleure salle qui existe. À Disneyland Paris, le restaurant  signature est le California Grill, qui est le restaurant service à table du Disneyland Hotel.

Nous avons eu la chance d'y passer notre dîner, dans des conditions exceptionnelles : en effet, pendant les travaux de rénovation du restaurant Inventions, la salle habituelle du California Grill n'est plus disponible pour recevoir des visiteurs. À la place, ceux-ci sont accueillis dans un espace exclusif, intime, qui reçoit habituellement des invités prestigieux : il s'agit du Founder's Club, une petite salle qui n'est normalement pas ouvert au public. Celle-ci se situe au quatrième étage de l'hôtel, et est juste à côté du Castle Lounge, l'espace réservé aux résidents des chambres et suites du Disneyland Hotel, la catégorie la plus select parmi toutes celles proposés dans tous les hôtels de la destination.

Sans divulgâcher le reste de cet article, ce repas est probablement l'un des meilleurs moments que nous avons eu l'occasion d'avoir le plaisir de passer dans un restaurants des parcs Disney. On vous raconte tout, dans les moindres détails !

Notre réservation était à 21 H, exactement au moment où commençait Disney Illuminations. Il était hors de question d'arriver en retard au podium, aussi nous avons tout fait pour être vraiment en avance à l'hôtel : de toutes façons, tout dans cet endroit invite à passer du temps, depuis la magnifique boutique jusqu'aux doux canapés du bar et l'impressionnante carte de cocktails et d'autres boissons.

Nous sommes arrivés une heure avant notre réservation, avec une idée simple : si une table était libre, nous serions alors disponible pour avancer notre réservation, et le cas échéant, nous pourrions passer un moment agréable au Café Fantasia, le bar de l'hôtel, au deuxième étage. Dès notre arrivée dans l'hôtel, en route vers le Castle Club.

Une petite salle, à l'écart du couloir, permet normalement aux résidents de l'étage exclusif d'accéder à leur étage, via un ascenseur qui leur est entièrement consacré[1]. Nous décrochons le téléphone, indiquons avoir une réservation au California Grill et la personne nous autorise l'entrée dans le graal : les portes de l'ascenseur s'ouvrent, et nous permettent de monter, du deuxième, au quatrième étage du bâtiment.

Dès notre premier contact téléphonique avec le personnel du Castle Club, nous ne pouvons que remarquer l'attention que nous porte le personnel. Pour être honnête, nous avons déjà eu l'occasion de tester le California Grill dans sa salle habituelle, et il est indéniable que le niveau de service y est extrêmement élevé. Cela dit, il est indéniable que le niveau du personnel dédié à l'étage Castle Club est un léger cran encore au-dessus, probablement le seul endroit de l'hôtel qui est, sans aucun doutes, tout à fait digne des cinq étoiles que connaît l'établissement.

Nous sommes immédiatement pris en main, et notre hôte nous indique le chemin vers les portes du Founder's Club, situés à quelques pas de l'ascenseur. La salle n'est pas très grande, elle est même beaucoup plus petite que la salle habituelle du restaurant. Petit hommage à l'art de vivre à la Française : une petite table permet aux serveurs de préparer les flûtes de Champagne commandés par les clients. C'est bien vu : situé juste à l'entrée de la salle, tous les visiteurs peuvent en un coup d'œil visualiser la sélection du restaurant.

Bonne surprise en ce qui nous concerne : une table est effectivement libre de suite, et on nous propose de prendre place immédiatement. Pas de Café Fantasia pour nous ce soir là !

Nous comprendrons un peu plus tard qu'un couple avait une réservation à 20 heures, mais avait préféré attendre un petit peu plus pour avoir une table en bord de fenêtre. De notre côté, nous sommes ravis : nous avons déjà eu l'occasion de profiter de la vue que propose le quatrième étage, en étant résidents du Castle Club, et ce qui nous importait vraiment pour ce repas était de pouvoir profiter de la salle du Founder's Club : notre table, en bordure de bibliothèque, et au centre de la (petite) pièce, nous semble parfaite ! Une seule rangée nous sépare des fenêtres, et nos fauteuils donnent une vue imprennable sur le Château de la Belle au Bois dormant. Au dos, la fausse bibliothèque regorge de clins d'œil, notamment un livre de contes d'Andersen et un autre avec les œuvres de Jules Verne.

Les cartes nous sont distribuées[2], et nous ne tardons pas à nous arrêter sur notre choix. Le restaurant, tenu par le chef Laurent Lesage propose, de manière assez classique, une carte détaillée, ainsi que plusieurs menus, dont un est spécialement réservé aux porteurs de coupons demi-pension Premium. Il s'agit d'un menu avec des produits un peu moins premiums, mais forcément moins chers, et qui permet aux résidents des hôtels qui ont cette formule de repas de profiter du cadre du restaurant sans mettre le prix du vrai menu. Cela n'est pas notre cas, aussi nous pouvons choisir entre un menu entrée, plat, dessert classique, et un menu dégustation. Nous déclinons ce dernier car nos estomacs n'étaient pas prêt à un service d'une dizaine de plats, et portons notre choix pour le Menu de la Fée Clochette, accompagné de son appairage de vins choisis par le sommelier, parfait si vous n'avez pas le cœur de faire vos choix parmi l'impressionnante carte de vins du restaurant.

En amuse-bouche, que nous avons décidé de déguster accompagné d'un verre de Champagne Lanson rosé, le chef nous propose ce soir une dégustation de saumon et ses rillettes de crabes. C'est une délicate façon de commencer le repas, les saveurs sont parfaitement équilibrées et les produits de la mer nous mettent en appétit pour la suite de notre repas.

Le service de pain proposait un choix entre pain blanc, pain aux céréales et pain en épi, servi avec du beurre demi-sel d'Isigny. Nous avons opté pour le pain en épi et le pain aux céréales.

En effet, en entrée, notre choix s'est porté sur le tempura de saumon écossais Label Rouge mi-cuit, wakamé et sorbet wasabi au yusu. Ce plat est d'une richesse incroyable, il ne serait pas juste de tenter de le décrire par des mots tellement l'expérience culinaire est le sommet de ce que propose Disneyland Paris. Chaque ingrédient du plat se marie avec merveilles avec les autres, et le sorbet wasabi au yusu apporte une incroyable note de fraîcheur, relevée par la subtilité sucrée du wakamé.

Voici alors 21 heures, et le début de Disney Illuminations sur le château. Comme c'est le cas de toutes les salles du Disneyland Hotel qui possèdent une vue sur le Parc, que cela soit Inventions, la salle habituelle du California Grill, le Castle Lounge ou le Founder's Club, la musique du spectacle nocturne du Parc Disneyland est diffusée sur les hauts-parleurs. La vue depuis le quatrième étage est tout simplement à couper le souffle : on surplombe la gare de Main Street Station, et on a une vue globale sur tout le land, jusqu'à Central Plazza et le château. Ce n'est peut-être pas le meilleur endroit pour découvrir le spectacle, mais dès lors qu'on l'a déjà vu une fois, le plaisir de pouvoir profiter du show en étant confortablement installé, et, qui plus est, au chaud, est un confort dont on pourra difficilement se passer[3] !

À noter que, dès les premières notes du spectacle, la plupart des convives se sont pressés près des fenêtres. La configuration un peu exigüe de la salle ne permet pas à tout le monde d'être en même temps le nez collé à une fenêtre, mais heureusement que les visiteurs présents ce soir là ont eu la présence d'esprit de céder, tout à tour, leur place, afin que chacun puisse librement profiter de cet instant unique. Cela n'a cependant pas duré pendant tout le spectacle, la plupart des visiteurs avaient rejoint leur table au milieu d'icelui.

En plat, nous avons testé à la fois le filet de bœuf Angus grillé, polenta au Cheddar AOP 12 mois et cèpes grillés, sauce Cabernet Robert Mondavi et le filet de turbot poêlé, risotto aux morilles, ragoût de légumes d'antan et vin de Californie.

La viande s'est révélée être à la hauteur de la réputation de la viande Angus, et sa polenta de Cheddar fondant apporte une fraîcheur et une rondeur en bouche.

Le filet de turbot était un plat tout en subtilité : les saveurs de chaque ingrédient se marient pour former un tout où chaque goût se complète par rapport aux autres goûts. Petit point négatif, le chef était malencontreusement passé à côté de quelques arrêtes : il s'agit de ne pas trop se laisser emporter par la volupté du plat si on ne veut pas avoir une vilaine surprise !

Enfin, en dessert, nous avons voulu tester deux choix de la carte : l'entremet vanille Bourbon, au poivre de Timut et Fraises, et le délice aux marrons glacés et poire Conférence caramélisée au sucre vergeoise.

Les deux desserts sont en fraîcheur et légèreté, ce qui est tant mieux, car le repas commençait sommes toutes à peser sur l'estomac, et il est agréable de finir sur une touche un peu plus aérienne !

Les couleurs de l'entremet frappent au premier coup d'œil, et ce dessert réussit le tour de force d'être aussi beau que bon.

Le délice aux marrons est également une belle réussite, avec un goût de marrons qui aurait peut-être pu être plus prononcé, mais peut-être au risque de casser alors la subtilité des saveurs.

Pour la prochaine fois, nous aurons peut-être l'occasion de tester le plateau de fromage, qui est amené sur un impressionnant chariot à roulettes.

Et pourquoi pas terminer avec un petit digestif ? Là encore, la présentation est soignée : c'est très tendance d'avoir des produits qui sont mis en valeur dans la salle, et on apprécie l'effort, d'autant que le nombre des bouteilles proposés est largement conséquent.

En conclusion, c'est une très belle soirée que nous avons passé au California Grill. Ce restaurant, qui se veut être le meilleur de ce que propose Disneyland Paris en terme d'expérience culinaire et de service à la française, ne déçoit pas : s'il est vrai que la carte ne se renouvelle pas souvent, cela permet aussi au chef et sa brigade de sublimer ses plats, afin de proposer, tous les jours, des produits d'exception.

Le prix est évidemment loin d'être négligeable : nous en avons eu pour 120€ par personne[4], en comptant les boissons, ce qui est une somme. Le rapport qualité/prix est cependant présent, et quand on compare à des établissements comparables dans des lieux touristiques de Paris, on peut facilement trouver que le California Grill est un très bon choix. C'est d'autant plus vrai lorsque l'on a la chance de pouvoir manger dans le Founder's Club : rappelons-le, le restaurant propose sa carte habituelle, aux prix normaux, alors que la salle possède une capacité fortement réduite.

À l'avenir, des rumeurs veulent que Disney voudrait que le Founder's Club devienne un restaurant étoilé séparé, dont le fonctionnement serait indépendant du California Grill. Les visiteurs auraient alors le choix entre Inventions, le California Grill, et le Founder's Club. À titre de comparaison, à Walt Disney World, l'hôtel Grand Floridian propose en son sein un restaurant, Victoria & Alberts, qui a depuis plusieurs années 5 diamonds, l'équivalent en France d'un restaurant trois étoiles : si la rumeur se concrétise, alors le resort Français aurait un fonctionnement similaire à ce qui se fait en Floride.

Nous avons eu la chance de vivre un repas à Victoria & Alberts ainsi que dans des restaurants étoilés en France : sans être trop tatillon, le chemin nous semble encore un peu loin pour que l'équipe du California Grill gagne son macaron Michelin : la carte est truffée de fautes de Français[5], nous n'avons pas vu de service de sommelier, les arrêtes dans notre turbot sont une faute, notre serveur n'a pas retiré les miettes de pains de notre table avant le dessert, il manque peut-être un dessert signature

Cela ne retire néanmoins aucune des grandes qualité de cet établissement : si le chef a su garder un très haut niveau durant tout notre repas, notre entrée était d'un niveau époustouflant, et le reste du menu a conservé un très haut niveau gustatif ; en salle, le personnel était extrêmement qualifié et attentifs à nos besoins[6], les tables étaient recouverts de nappes et il s'agit de véritable argenterie : autant de signes d'attention, qui invitent à se relaxer et à profiter d'un moment agréable, dans un cadre féérique, au plein cœur de la magie. Profiter de Disney Illuminations pendant son repas est une expérience magnifique !

Si le California Grill n'est peut-être pas encore un restaurant étoilé digne d'un palace, il n'en reste pas moins qu'il propose une incroyable expérience gastronomique. Sans aucun doute possible, c'est le meilleur restaurant de Disneyland Paris : si vous aimez bien manger, et que sa carte rentre dans votre budget, foncez sans hésiter !

Un petit mot pour terminer : nous sommes un #blogindépendant

Conformément à la charte d'indépendance de ce blog, voici quelques précisions quant à la manière dont cet article a pu être rédigé.

Les auteurs de ce blog ont une activité salariée et ont payé sur leurs fonds propres les prestations décrites dans cet article. Aucun employé Disney n'a participé à l'élaboration de cet article, notre visite n'était pas annoncée et les auteurs n'ont ni demandé ni obtenu de compensations.


  1. Celui-ci permet même d'accéder au rez-de-chaussée, à quelques mètres des tripodes de l'entrée du parc. Dormir au Castle Club, c'est aussi avoir le privilège de pouvoir entrer dans le Parc Disneyland quelques secondes, littéralement, après avoir quitté sa chambre !

  2. Il s'agit de cartes papier pour le repas, et un iPad est proposé pour parcourir l'impressionnante carte des boissons. L'accès aux catalogue de vins est supposément facilité grâce à l'application, mais nous ne sommes pas trop convaincus, et trouvons plus simple de faire un choix en tournant des pages papier.

  3. Les esprits tatillons que nous sommes peuvent regretter que le spectacle diffusé ce soir fut Disney Illuminations alors que, sans vouloir faire preuve de trop de nostalgie, celui-ci n'a pas réussi à dépasser dans nos cœurs le sublime Disney Dreams que nous regrettons encore, et, hélas, possiblement pour longtemps.

  4. Après déduction de la remise 15% de notre Pass Annuel Infinity.

  5. Rien que dans l'intitulé du filet de turbot, nous avons remarqué au moins trois fautes…

  6. Ce n'est hélas pas toujours le cas. Mourad Adli, le Directeur des Restaurants de Disneyland Paris, n'est pas issu d'une filière d'hospitalité de luxe, et a d'ailleurs commencé son parcours dans la restauration rapide du parc. On peut le féliciter pour avoir su redresser, avec grand brio, les restaurants d'entrée de gamme ainsi que les buffets des parcs, qui en avaient grandement besoin, mais force est de constater que les subtilités d'une gestion attentive des clients des restaurants à table n'est hélas pas une priorité dans son agenda.